Catégories
Actualités

Jusqu’où peut aller l’intelligence artificielle ?

L’intelligence artificielle façonne notre avenir. Plusieurs grandes organisations travaillent sur l’intelligence artificielle et de nombreuses petites entreprises l’intègrent dans leurs produits ou services afin de répondre aux besoins de l’humanité, de manière déconcertante. En effet, l’intelligence artificielle permet de gérer de nombreux domaines dont notre cerveau en tant qu’être humain ne peut pas gérer. Cependant, cela n’exclut pas l’importance et la place du raisonnement humain dans des secteurs tels que l’analogie ou la pensée créative. D’où la question sur la limitation de l’intelligence artificielle. Pour répondre à cela, voici quelques points que nous devrons souligner.

L’intelligence artificielle, une technologie qui connaît des limites ?

L’homme a toujours eu la nature et l’environnement comme modèles pour ses diverses réalisations, et en utilisant ces modèles, il a réussi à fabriquer des machines, des outils et des robots avec des performances impressionnantes. Il a été émis l’hypothèse que dans les 40 à 45 prochaines années, les ordinateurs pourraient atteindre les performances du cerveau humain, et que les réalisations dans le domaine de l’intelligence artificielle seront assez étonnantes, même au point de doter les robots humanoïdes des performances qui se rapprochent un peu plus de l’être humain. Mais, est-ce que ces avancées sont elles possibles ? Essayons d’y répondre en nous focalisant sur les limites de l’intelligence artificielle.

Limitation au niveau des données

La consommation de données est l’une des principales limites de l’intelligence artificielle. Depuis le début, tout programme d’intelligence artificielle nécessite des données. Peu importe que le programme soit en phase d’expérimentation ou en phase d’exécution, sa soif de données n’est jamais satisfaite. Si vous cherchez à implémenter l’intelligence artificielle dans un programme, le processus se déroule comme avant, les robots logiciels doivent avoir des compétences cognitives pour devenir plus intelligents avec le temps.

Il existe également des robots dotés de compétences cognitives avancées qui utilisent des technologies telles que l’apprentissage automatique, la reconnaissance optique de caractères, le traitement du langage naturel et l’automatisation des processus robotiques pour comprendre la signification des données confinées dans les documents. Après cela, d’autres rôles entrent en jeu comme l’automatisation des tâches qui impliquent la résolution de problèmes ou la prise de décision sans l’aide d’un être humain.

Prenons l’exemple de la reconnaissance d’images. En effet, pour rendre les programmes capables de déterminer si une photo est celle d’un chat ou d’un chien, les applications ont besoin d’un grand nombre d’exemples. Toutefois, lorsque vous devrez effectuer une tâche rapprochée, par exemple si vous prenez la photo d’un jaguar ou d’un loup, il y a de fortes chances que le programme n’arrive pas à effectuer l’identification. Certaines caractéristiques peuvent fausser la réponse du programme, nécessitant une base de données beaucoup plus large.

Limitation au niveau de l’intelligence émotionnelle

Alors que l’intelligence artificielle devient de plus en plus intelligente de jour en jour, nous avons atteint un point où la puissance ou la vitesse de calcul n’est plus une limitation. Il est temps de travailler sur l’intelligence émotionnelle des robots afin qu’ils puissent communiquer davantage comme les humains, ce qui est encore un long parcours. Le traitement du langage naturel devrait être suffisamment efficace pour comprendre ce que l’humain essaie de dire et les émotions qui se cachent derrières.

En termes plus simples, l’intelligence artificielle doit comprendre le contexte de la conversation. Le problème est que les robots manque d’intelligence émotionnelle et qu’elle n’est donc pas en mesure de classer les sentiments et les humeurs humaines en points de données ou profils uniques. Cependant, les choses vont commencer à changer au cours des prochaines années.

Limitation au niveau de la confiance et d’adhérence

Dans certains domaines, comme la médecine, l’intelligence artificielle présente de nombreux avantages, toutefois, il faut reconnaître certaines limites. Même si de plus en plus de médecins estiment que l’intelligence artificielle occupe une place importante dans le diagnostic médical, un grand nombre de patients n’ont pas confiance aux robots en ce qui concerne leur santé. Certains praticiens affirment même que l’intelligence artificielle n’entre pas en corrélation avec la politique déontologique du milieu médical.

En effet, l’adoption de l’intelligence artificielle dans l’univers de la médecine peut engendrer des problèmes d’inférence ou des analyses faussées suite à une anomalie génétique en rapport avec une maladie. La conséquence désastreuse se situe au niveau des conclusions qui peuvent mettre en doute les causes à effet. A la base, les données n’ont pas été recueillies pour être analysées par des robots, ce qui fait que leur lecture se complique face à des logiciels beaucoup plus avancés, pouvant engendrer une incompréhension totale qui se soldera par des erreurs médicaux irréversibles. Face à cela, la vigilance est donc de mise !

L’intelligence artificielle est une bonne chose pour l’humanité, toutefois, il faut comprendre qu’elle connaît certaines limites, surtout dans des secteurs sensibles. De ce fait, pour pouvoir l’adopter à bon escient, il est impératif d’adopter tous les changements nécessaires allant de l’apprentissage jusqu’aux technologies utilisées.

 

 

Catégories
Actualités

L’intelligence artificielle remplacera t-elle les humains ?

Est-ce que l’homme sera remplacé par les robots dans le futur ? Cette question, beaucoup de personnes se la posent avec l’avancée de l’intelligence artificielle dans notre quotidien. En effet, selon le cabinet d’analyse Oxford Economics, d’ici 2030 près de 20 millions d’emplois disparaîtront dans le monde parce que les robots vont prendre le relais.

Cette suppression massive des emplois se traduit par le fait d’automatiser certaines activités, aussi bien dans le secteur des secteurs des services qu’autres. Malgré cela, la suppression d’un certain nombre d’emploi engendrera la création de nouveaux postes ainsi que la croissance économique, et cela à travers le monde. Quoiqu’il en soit, il est important d’agir vite pour éviter l’augmentation de la fossé qui existe déjà en matière d’inégalité des revenus.

Une croissance accrue des robots dans les années à venir

Chaque nouveau robot industriel supprime 1,6 emplois manufacturiers, a indiqué les experts, les régions les moins qualifiées étant plus touchées. Les régions où davantage de personnes ont des compétences plus faibles, avec une croissance économique des plus faibles et des taux de chômage plus élevés sont beaucoup plus vulnérables à la perte d’emplois due aux robots.

De plus, les travailleurs qui quittent l’industrie manufacturière ont tendance à obtenir de nouveaux emplois dans les transports, la construction, le service à la personne, les travaux de bureau et d’administration, qui sont à leur tour vulnérables à l’automatisation.

En moyenne, chaque robot supplémentaire installé dans ces régions peu qualifiées pourrait entraîner près de deux fois plus de pertes d’emplois que ceux dans les régions plus qualifiées, et cela dans un même pays.

Devant une telle affirmation, est-ce que les nombreuses prédictions selon lesquelles les robots vont prendre nos places dans le monde du travail se réaliseront ? Des employés d’usine jusqu’aux journalistes, en passant par d’autres domaines beaucoup plus complexes, est-ce que les hommes seront sur le banc de touche lorsque les robots vont prendre leurs places ? Continuer votre lecture pour en savoir davantage sur le sujet.

L’intelligence artificielle, un booster de productivité et de croissance économique

Ce rapport publié par le cabinet d’analyse Oxford Economics démontre que l’intelligence artificielle, grâce à l’automatisation permettrait à elle seule de stimuler la productivité et la croissance économique. Certes, il y aura des emplois qui seront perdus, mais en contre partie, il y aura des emplois créés.

En effet, les robots seront présents dans plusieurs secteurs, mais il faut noter qu’ils occuperont une place bien plus importante dans le milieu industriel, surtout dans les plus industrialisés tels que la Chine. Ce remplacement est sans équivoque afin de répondre aux besoins du marché, surtout au niveau de la production.

Lorsque les emplois de services sont menacés, ils se trouvent dans des secteurs tels que les transports, la construction, le journalisme et autre se voient privilégier. Le défi pour les gouvernements est de savoir comment encourager l’innovation que promettent les robots tout en s’assurant qu’ils ne provoquent pas de nouveaux clivages dans la société. Il faut comprendre que les robots remplaceront l’armée ouvrière dans des tâches chronophages, et cela dans le but d’affecter l’être humain vers d’autres postes qui nécessitent plus de compassion, de créativité et d’intelligence sociale. Les humains continueront d’exercer dans ces domaines même si les robots viennent intégrer le milieu professionnel.

L’intelligence artificielle, quelle solution adoptée pour les hommes ?

Environ 1,7 million d’emplois dans le secteur de la fabrication ont déjà été perdus et remplacés par des robots depuis 2000, dont 400 000 en Europe, 260 000 aux Etats-Unis et 550 000 en Chine, selon toujours le rapport publié par Oxford Economics.

Dans ce rapport, la Chine aura le plus d’automatisation de la fabrication, avec pas moins de 14 millions de robots industriels d’ici 2030. Au Royaume-Uni, plusieurs centaines de milliers d’emplois pourraient être remplacés, a-t-il ajouté.

Cependant, selon les estimations, s’il y avait une augmentation de 30% des installations de robots dans le monde, cela créerait 5 billions de dollars de PIB mondial supplémentaire. Au niveau mondial, les emplois seront créés au rythme où ils seront détruits, selon toujours ce rapport.

Pour ce faire, il est important que des décideurs politiques, des chefs d’entreprise, des travailleurs et des enseignants réfléchissent ensemble à la manière de développer les compétences de la main-d’œuvre pour s’adapter à l’automatisation croissante.

Alors, pour répondre à la question : est-ce que l’homme sera remplacé par les robots grâce à l’intelligence artificielle, la réponse est oui et non. Certes, il y aura des emplois supprimés mais en même temps, l’intelligence artificielle permettra d’en créer d’autres, favorisant ainsi la croissance économique et le développement dans beaucoup de pays. Il faudra tout simplement favoriser l’apprentissage de ces nouveaux métiers essentiels d’ici quelques années afin d’éviter les pénuries. L’intelligence artificielle promet un avenir beaucoup plus radieux à l’homme où il pourra favoriser son développement personnel et son épanouissement dans son travail.